Nous sommes faits pour aimer et participer ainsi à la vie même de Dieu dont saint Jean a dit qu’il est Amour (1 Jean 4,8). L’Amour est en effet la réalité la plus intime de Dieu, son mystère.

« Le Credo, énonce : « je crois en un seul Dieu » et s’ensuit un récit qui parle et raconte le Père, le Fils et le Saint Esprit. C’est dans une expérience de vie dans l’Amour que l’on peut vivre de la Trinité.

Souvent on parle de la Trinité comme d’un théorème, ce dogme est incompréhensible intellectuellement. Or, la Trinité est vraiment la révélation du Dieu qui vient à nous et qui se révèle comme Père, Fils et Esprit.

Dans la bible, ce mot « trinité » ne figure pas, et pourtant dans l’histoire affleure cette révélation progressive et personnelle de la vie intérieure de Dieu. »

(P. M. Rondet, bibliste)

Ateliers :

Lire en parallèle Siracide 24,1-34 et Jean 1, 1-18

Théophanies : Mt 3,13-17 et Mt 17,1-9.

 Repérer les symboles et les accomplissements de l’AT. Percevoir la manifestation de la Trinité.

  C.E.C. 238,240, 242, 245, 253, 254,260

 

Conclusion :

Tout est de Lui → Père

            Tout est par Lui → Fils

                        Tout est en Lui → Esprit

« Gloire au Père, par le Fils et dans l’Esprit » Amen 

Sur la croix, la beauté, la paix et la douceur présentes lors du baptême et de la transfiguration laissent place à la souffrance et à l’angoisse. Pourtant l’attitude filiale est portée à un degré tel que l’on ne puisse penser plus « élevé ». Le silence du Père révèle un amour au-delà de toute parole. Enfin la parole de Jésus « Père entre tes mains je remets mon esprit » indique le rôle de l’Esprit commun au Père et au Fils.                      

Le Fils choisit d’aller jusqu’au bout, de descendre dans les enfers de la condition humaine, injustice, haine, oppression, mal, souffrances …pour nous révéler l’Amour du Père. Si Dieu nous aime jusqu’à accepter cette humiliation du Fils, sans autre réaction que de pardonner à ses bourreaux…Nous pouvons nous confier à l’Amour miséricordieux de Dieu.

Les théophanies convergent vers la croix qui en un sens est le contraire d’une théophanie mais qui en un autre sens est la manifestation la plus haute du mystère trinitaire.

Ô mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement
pour m'établir en vous, immobile et paisible
comme si déjà mon âme était dans l'éternité!
Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de Vous,
 ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte
plus loin dans la profondeur de votre Mystère.
Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos;
que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là toute entière,
toute éveillée en ma foi, toute adorante, toute livrée à votre action créatrice.…

… Ô mes Trois, mon Tout, ma Béatitude,
Solitude infinie, Immensité où je me perds,
je me livre à Vous comme une proie ;
ensevelissez-vous en moi, pour que je m'ensevelisse en Vous,
en attendant d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs.

Prière écrite par Élisabeth de la Trinité, le 21 novembre 1904 (à 24 ans)

No widget added yet.