les commentaires sont désactivés pour cet article

LE BILLET DU CURE

Un devoir de vacances.

Nos regards, cette semaine, se sont tournés vers Rome lors de la visite du président de la république auprès du Saint-Père. Que faut-il retenir de cette rencontre ? Il me semble  préférable de s’attarder sur le devoir de vacances que le Pape nous offre. Depuis quelques semaines, il commente le décalogue (exode 20,1-17) durant les audiences générales. Nous en sommes à la riche introduction de ce que l’on appelle trop rapidement : les dix commandements. Il me semble important que durant notre temps de repos estival, nous prenions le temps de faire cet exercice de mémoire.

«… Nous continuons à parler des commandements que, comme nous l’avons dit, plus que des commandements sont des « paroles » de Dieu à son peuple pour qu’il marche bien. Des paroles pleines d’amour, d’un père. Les Dix Paroles commencent ainsi: « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la condition d’esclave » (Exode 20, 2). Ce début semblerait étranger aux lois proprement dites qui suivent. Mais il n’en est pas ainsi.

Pourquoi cette proclamation que Dieu fait de lui-même et de la libération? Parce que l’on arrive au Mont Sinaï après avoir traversé la Mer Rouge: le Dieu d’Israël sauve d’abord, puis il demande la confiance. C’est-à-dire que le Décalogue commence par la générosité de Dieu. Dieu ne demande jamais sans donner d’abord… Jamais. D’abord, il sauve, d’abord il donne, après, il demande. Notre Père est ainsi, Dieu bon…

La formation chrétienne n’est pas basée sur la force de la volonté, mais sur l’accueil du salut, sur le fait de se laisser aimer: d’abord la Mer Rouge, ensuite le Mont Sinaï. Le salut d’abord: Dieu sauve son peuple de la Mer Rouge; puis au Sinaï, il lui dit ce qu’il doit faire. Mais ce peuple sait qu’il fait cela parce qu’il a été sauvé par un Père qui l’aime.

La gratitude est un trait caractéristique du cœur visité par le Saint-Esprit; pour obéir à Dieu, il faut d’abord se souvenir de ses bienfaits. Saint Basile dit: « Celui qui ne laisse pas ces bienfaits tomber dans l’oubli, s’oriente vers la bonne vertu et vers toute œuvre de justice » Où tout cela nous amène-t-il? A faire un exercice de mémoire: combien de belles choses Dieu a faites pour chacun de nous! Comme notre Père céleste est généreux! Maintenant je voudrais vous proposer un petit exercice, en silence, que chacun réponde dans son coeur. Combien de belles choses Dieu a-t-il faites pour moi? Voilà la question. En silence, que chacun de nous réponde. Combien de belles choses Dieu a-t-il faites pour moi? Voilà la libération de Dieu. Dieu fait beaucoup de belles choses et nous libère.

Je vous invite à écrire cet hymne de gratitude à Dieu. Cet « ex veto » nous aidera à mieux vivre notre foi chrétienne, à traverser les heures plus sombres, à témoigner de l’amour saisissant de Dieu. (2 Corinthiens 5, 14-21)

Bel été à tous ! Père José Van Oost, curé

 

 

No widget added yet.

Les commentaires sont fermés.